Après 2 ans d’absence sur scène, et plus de 15 millions d’entrées au cinéma “Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu”, “Les Visiteurs 3”, “Débarquement
immédiat”, Ary Abittan revient sur scène pour nous présenter son nouveau spectacle “My story” où il se livre comme jamais sur les différentes parties de sa vie, son enfance, son mariage, son divorce, son célibat, ses enfants…

Lemon : Vous étiez à Nantes il y a quelques jours pour tester votre nouveau spectacle, quelles ont été les réactions du public ?
AA : C’était formidable ! Nantes pour moi, c’est une belle histoire, j’ai commencé mon rodage en mai à Nantes et je l’ai fini à Nantes en novembre dernier. Les nantais m’ont porté bonheur. Ca s’est très bien passé et d’ailleurs je commence ma tournée en Province par Nantes ce mois-ci à la Cité des Congrès.

« My Story », ce titre nous amène à penser que vous vous dévoilerez davantage dans ce spectacle. Quels en sont les thèmes ? Ou le fil conducteur de celui-ci ?
Comme le titre l’indique, j’y raconte mon histoire. Mon enfance, mon adolescence, mon mariage, mon divorce, les enfants, le célibat… Il y a beaucoup de co-auteurs sur ce spectacle. La particularité c’est qu’ils ne sont pas au courant puisque ce sont ma soeur, mes parents, mes oncles, mes tantes…

Ont-ils vu le spectacle ?
non pas encore. Ils veulent venir à Nantes d’ailleurs (rires).

Vous passez des planches de Sarcelles à celles de Paris il y a une dizaine d’années. Puis vous lancez votre premier One Man. Mais pourquoi avez-vous tenté l’expérience « cinéma » ? Quel a été le déclic ?
A l’époque je faisais beaucoup de scène. J’écumais un peu toutes les salles de théâtre parisiennes. Je jouais dans pas mal de pièces de théâtre. Le père de Gad Elmaleh est venu me voir dans l’une d’entre elles et il avait conseillé à son fils de venir me voir. Gad à l’époque faisait le film “Coco” et c’est comme ça que j’ai obtenu le rôle de Max dans ce film.

Les scènes de théâtre, le cinéma, la télévision. Plus jeune, si vous aviez du choisir entre les 3, qu’est-ce qui vous aurait attiré le plus ?
Vous savez la journée c’est fait pour tourner au cinéma et le soir c’est pour jouer au théâtre. Tout ça est très complémentaire. Je n’ai même pas à choisir.

Revenons sur le succès de « Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? » qui a fait plus de 12 millions d’entrée dans les salles obscures. Une suite a été confirmée, avez-vous davantage d’informations quant au casting notamment ?
Non pour l’instant, c’est une suite qu’ils ont en tête et qu’ils veulent écrire, rien de signé et de confirmé encore.

Vous êtes totalement partant pour un 2ème opus ?
Evidemment, ça s’est tellement bien passé. En tout cas il y a une très grosse envie de la part de toute l’equipe.

10 millions de téléspectateurs ont regardé le premier volet diffusé sur TF1 la semaine passée. Les suites connaissent souvent un moindre succès, vous n’avez pas peur que ce soit le cas ?
Je peux vous donner deux contre exemple. La Vérité si je mens 2 qui a fait beaucoup plus que le premier ou encore Baby Sitting 2 qui a fait un véritable carton. Tout dépend évidemment du scénario. Le plus important c’est de se retrouver tous ensemble, d’avoir un bon scénario et d’avoir la même envie, c’est à dire de faire rire les gens ensemble.

Y a t-il un avant et un après « Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? » pour vous ?
20 millions d’entrées en Europe, ça change pas mal de choses. Je le vois dans les salles même si cela se passait déjà très bien avant le film. Sur scène, ça n’a à mon avis rien à voir. Au cinéma je suis au service d’un réalisateur et d’un scénario et sur scène je suis au service de mon texte.

Revenons au spectacle, était-ce un besoin de vous livrer comme vous le faîtes ?
Ca s’est imposé comme ça. J’avais pris énormement de notes sur cette opportunité. Un jour j’ai décidé de me poser pour écrire le spectacle.

Un petit mot pour les nantais ?
Ils m’ont porté bonheur. Venez voir “My Story”. Ca va bouger.

Propos recueillis par Benjamin Thomas