Un écho d’actualité

L’éminente compositrice finlandaise Kaija Saariaho est reconnue internationalement pour ses travaux acoustiques très contemporains et… spectraux. Dans La Passion de Simone, elle nous offre une représentation atypique et puissante : une mise en abyme où dansent ensemble théâtre et musique.

L’œuvre est biographique et s’éloigne du drame pour s’apparenter à la prière « elle s’interroge sur le parcours de vie de Simone Weil (1909-1943) et se demande ce qu’elle peut retenir de cette « traversée lumineuse » d’une philosophe et activiste qui, sans concession, s’est efforcée de vivre l’oppression et la violence dont étaient victimes ses frères humains, pour mieux la comprendre et la combattre. Ce monologue est hanté par la voix pensante de Simone Weil elle-même, absente/présente sous la forme d’une comédienne, par un ensemble vocal de quatre personnes qui sont « les autres » au sens large, victimes et témoins passés et présents de l’oppression humaine, et un orchestre de chambre qui accompagne ces tableaux et ces méditations comme un paysage intérieur. » Amin Maalouf

Les artistes de talent : Sayuri Araida, soprano solo / Sandra Darcel, soprano / Marianne Seleskovitch, mezzosoprano / Johan Viau, ténor / Romain Dayez, baryton / Isabelle Seleskovitch, comédienne

INES A

Gagnez vos places ici

La Passion de Simone – ONPL
Dimanche 7 (16h) et lundi 8 octobre (20h) au Théâtre Graslin
onpl.fr / angers-nantes-opera.com