Le bermuda est de sortie !

Le jeu de mots ne vient pas de nous, Bermuda est un Festival de Formes Courtes créé par la Compagnie La Fidèle Idée. Durant 3 jours, à Cosmopolis, la programmation mettra en avant une trentaine de propositions diverses mais courtes (d’une seconde à 30 minutes). Des arts plastiques au théâtre en passant par la musique, le rythme sera intense ! Afin d’en savoir davantage, nous avons posé quelques questions à Céline Aguillon, membre de la Compagnie.

Quels sont les arts représentés dans ce Festival de Formes Courtes ?

Céline Aguillon : Les arts plastiques avec des expositions de photos (Un Postures de Jean-Luc Beaujault et Les souffles du Cens de Caroline Bigret), de dessins (Buenas Ondas de Marion Parpirolles), de la vidéo (Sorry If… de Barbara Bernardi), et une installation réalisée à partir de tissus réalisés par la plasticienne Angela Kornie, intitulée Partition.

Du spectacles vivant :

  • avec de courtes pièces de théâtres : Georges par la compagnie La fidèle idée, Tragédies de Clément Pascaud, Une fille (modèle 69) réalisé par Philippe Bodet et Frédéric Louineau à partir d’une interview de Virigine Despentes, Médiocre et Interrogatoire, deux seul en scène d’Anthony Moreau (comédien dans le dernier spectacle de Joël Pommerat), etc.
  • des performances : Sors d’Hélène Vienne et Jean-Luc Beaujault sur la thématique des sorcières, Premier de Cordée de Delphine Brestesché et Guillaume Ertaud qui accompagnera l’autrice avec des percussions, Castrat Diva performance autour du transformisme par Arnaud Ménard, etc…
  • des lectures qui seront plus ou moins mises en scène : une lecture d’une fable écologique par les élèves du collège Rosa Parks de Nantes, une lecture avec le comédien Laurent Sauvage mise en espace par Guillaume Gatteau.
  • de la musique avec un concert du groupe parisien Turnéko (trompettes, guitare électrique et chant), Pigments (concert Slamé avec Guillaume Hazebrouck et Nina Kibuanda), Pourquoi les poètes qui est une mise en musique de poèmes par Guillaume Hazebrouck et Chloé Cailleton avec les comédien-nes de la fidèle idée ou encore Brigitte(s), proposition d’Emerick Guézou à la frontière du théâtre et de la musique sur Brigitte Fontaine.

Je ne peux évidemment pas citer tout le monde puisque nous avons une petite trentaine de propositions différentes !

Comment est venue l’idée de monter un tel événement ?

Cet évènement répond à deux envies de la compagnie : celle de pouvoir faire des propositions artistiques spontanées sans avoir à rechercher des coproducteurs, des diffuseurs… Les circuits de production du théâtre sont longs et incertains, aussi nous avions envie de répondre à notre envie de faire des spectacles en nous recentrant sur l’artistique.
Notre deuxième envie est celle de la rencontre avec d’autres artistes : nous croisons régulièrement des comédien-nes, musicien-nes, plasticien-nes avec qui on aurait envie de travailler mais les occasions de concrétiser sont rares, chacun et chacune étant pris dans ses propres projets. Ces évènements nous permettent cela, sur un temps bref certes, mais nous créons effectivement quelque chose ensemble.

L’Espace Cosmopolis accueillera l’événement, a-t-il été facile d’adapter la programmation à ce lieu ? Qu’est-ce que celui-ci permet de plus qu’un autre ?

Le choix de l’espace Cosmopolis n’est pas un hasard puisque nous avons pu collaborer avec cette équipe à plusieurs reprises par le passé. Nous avons en commun le souci de travailler autour de problématiques contemporaines et sociétales : la programmation de Bermuda s’inscrit dans cette thématique.
De plus l’Espace Cosmopolis permet de faire des propositions pluridisciplinaires car le lieu est identifié comme cela. Et nous pouvons occuper tous les espaces du lieu (forum, espaces d’expositions, couloirs, etc.) et donc proposer différents types de rencontres avec le public. Nous avions aussi envie de dépasser le rapport scène/salle propre aux lieux théâtraux.

Quelle création de forme courte vous a le plus marqué ces dernières années ?

“Les sujets à vif” au festival d’Avignon propose beaucoup de formes courtes souvent très intéressantes, je pourrais donc en citer plusieurs mais je m’arrêterai sur la plus récente :  les Corvidés avec Laetitia Dosch et Jonathan Capdevielle qui incarnaient deux vampires dévergondés en manque de sang.

Gagnez vos places ici

Bermuda / Festival de Formes Courtes
Du 7 au 9 mars à l’Espace Cosmopolis
lafideleidee.fr

Propos recueillis par Alban Chainon-Crossouard