Après Londres et Lisbonne, la ville de Nantes a été choisie une seconde fois pour accueillir le colloque européen de Planétologie (EPSC : European Planetary Science Congress) à la Cité des Congrès de Nantes en septembre 2015.

Fort du succès de la première édition de l’exposition en 2011, le Laboratoire de Planétologie et Géodynamique se mobilise de nouveau pour offrir au grand public une occasion exceptionnelle de côtoyer les spécialistes mondiaux de la recherche en planétologie et en sciences de l’Univers en parallèle du colloque scientifique où sont attendus plus de 800 chercheurs internationaux.

Intitulé “Voyages Planétaires : sur la trajectoire d’une comète”, l’évènement réunira, du 28 septembre au 4 octobre 2015, plusieurs acteurs régionaux (Le Planétarium, le Muséum d’Histoire Naturelle, la Société d’Astronomie de Nantes, le Labo des savoirs, l’association Méridienne, le centre François Viète), ainsi que des acteurs nationaux (Centre National d’Etudes Spatiales, CEA, Ifremer) et internationaux (European Space Agency, Jet Propulsion Laboratory – Nasa et l’agence aéronautique et spatiale allemande DLR).

Le visiteur suivra la trajectoire d’une comète au cours de son voyage temporel et spatial dans le système solaire, depuis sa formation jusqu’à nos jours. Il rencontrera ainsi au cours de son trajet les satellites artificiels scrutant notre univers, les robots et atterrisseurs actuellement à la surface des planètes.

Ce voyage permettra au visiteur de découvrir l’exploration spatiale et la réalité scientifique et technologique au travers de panneaux d’affichages, de maquettes, de films, d’animations et d’ateliers. Un espace « Forum des sciences » présentant un cycle de conférences sera animé par des scientifiques, notamment ceux impliqués dans les missions d’exploration du système solaire présents lors du colloque de Planétologie.

Thèmes de l’exposition

* Remonter aux origines du système solaire
Les comètes sont les seules grandes voyageuses naturelles du système solaire. Elles sont les clés de la formation des planètes et sont peut-être même à l’origine de l’apparition de la vie sur Terre. C’est la raison pour laquelle Philae, l’atterrisseur de la mission Rosetta, s’est posé sur l’une d’elles en 2014, afin d’analyser les matériaux qui la composent. Ce premier thème de l’exposition aborde l’histoire de la formation du système solaire ainsi que d’autres systèmes autour d’autres étoiles et le rôle très important des impacts entre les comètes, les astéroïdes et les différents corps célestes.

* Explorer la diversité des mondes planétaires
Au delà de Mars, l’environnement spatial est extrêmement froid. C’est le domaine des planètes géantes gazeuses et de leur cortèges de satellites naturels (lunes de glace et/ou de roches). Chacun de ces mondes est un système solaire en miniature. Certaines lunes abritent probablement des océans gigantesques sous une croûte de plusieurs kilomètres de glace. Peu de missions ont déjà exploré ces environnements lointains (c’est le cas de Voyager, Pioneer, Galileo et de Cassini et son module Huygens).

* Voir sous la surface des planètes
La structure profonde de la Terre n’est pas connue depuis longtemps. C’est au XXème siècle et grâce à la sismologie que les grandes couches qui la composent ont été découvertes. Les mouvements qui affectent certaines de ces couches ont des conséquences importantes en surface : tectonique des plaques, volcanisme ou encore champ magnétique. La structure interne des autres planètes est moins bien connue faute de données suffisantes mais de nombreux modèles sont construits en s’aidant entre autres des connaissances terrestres.

Du 28 septembre au 4 octobre – La Cité – Nantes