Le groupe québécois Clay and Friends nous offre un mélange de hip-hop, soul, funk et jazz grâce à ses multiples influences et ses différentes personnalités. Connus pour leur bonne humeur et leurs concerts survoltés, on les retrouvera le 22 janvier prochain à l’occasion des Biennales Internationales du Spectacle. Ils seront en effet présents au Côte à Côte pour la 3ème édition. Ce rendez-vous, intégré aux BIS, souligne le partenariat sur scène d’univers artistiques canadiens et français.

Comment s’est formé votre groupe ?

Mike Clay (fondateur de Clay and Friends) : La légende va comme suit : Mike Clay, chanteur et grand orateur du groupe, effectuait sa première prestation à vie lors d’un spectacle à Montréal, seul avec sa guitare, en réinterprétant des succès de Al Green, des Fugees et d’Éric Lapointe. Adel Kazi, maintenant beatboxer du groupe, se trouvait dans la foule à ce moment et a insisté pour monter sur scène pour l’accompagner. Malgré les « non » de la tête de Mike, Adel a interprété cela comme des « oui » puis est monté sur scène. La réaction de la foule fut instantanée. Clément Langlois-Légaré, guitariste, se joignit à la formation par la suite. Suivi du bassiste Pascal Boisseau et finalement du pianiste Émile Désilet, qui débutait à l’époque une formation universitaire musicale, en flûte traversière. The rest is history.

Vous êtes un mélange de plusieurs styles musicaux et de plusieurs personnalités. Peut-on vous qualifier comme un groupe éclectique?

Chacun apporte du sien, que ça passe par la composition, la production, l’organisation en tournée ou le fait de finir les bouteilles de Gin en loges… Tout se déroule de façon très organique : nous faisons énormément de spectacles durant toute l’année, nous avons donc la chance d’essayer de nouvelles idées continuellement devant différents publics. La spontanéité et l’improvisation restent nos points phares en composition. Les influences classiques coulent dans les veines d’Émile. Les influences jazz nourrissent le flux créatif de Clément. Tandis que c’est le funk qui habite Pascal. Le soul pour Mike et le hip-hop pour Adel. Toutes ces différentes influences fermentent ensemble et de ça résulte le son Clay and Friends.

“C’est de la musique pour fermer les yeux, danser et suer ensemble, prendre un avion aller-simple, se faire face dans le miroir ou se lever dans un lit qu’on ne reconnaît pas, bref se sentir en vie.”

Quelles sont vos inspirations pour vos chansons?

Pour nos chansons on s’inspire de nos voyages, du Gin, des musiciens qui nous entourent, des femmes et des nuits parsemées d’aventures rocambolesques.

Quel(s) artiste(s) ou groupe(s) écoutez-vous en ce moment?

On écoute Mac Miller, Jamiroquai, Ginette Reno, Ottis Redding ou encore Serge Gainsbourg.

La musique vous a permis de vous produire et de voyager dans le monde entier. Avez-vous un souvenir ou une anecdote particulière à nous raconter ?

Suite à une nuit bien mouvementée lors de notre tournée en Italie en juillet 2017, nous avons retrouvé Adel le matin suivant en pleine leçon de patinage artistique dans une aréna en compagnie de nul autre que Carolina Kostner, ancienne athlète Italienne médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de Sotchi en 2014. Notre cher ami beatboxer avait aussi été hypnotisé la veille par un amateur italien présent dans la foule. Il fallut faire appel à divers spécialistes en hypnose pour le sortir de ses aspirations en tant que futur champion de patinage artistique. Ce ne fut pas une tâche facile, mais nous y sommes finalement parvenus !

Selon vous, à quoi est dû le succès de votre premier EP La musica popular de verdun streamé plus de 6 millions de fois ?

L’énergie et la spontanéité qui est retrouvée derrière le projet. Suite à nos nombreuses tournées en 2018, nous avons réussi à venir incorporer fidèlement ces deux aspects dans notre travail en studio. Tout comme la composition des morceaux, la création du concept de La Musica Popular de Verdun s’est effectuée de façon organique et facile. Nous nous sommes posés moins de questions, nous avons foncé. On a tout simplement fait ce que nous croyions être la bonne chose à faire à ce moment-ci. Finalement, nous croyons que les ajouts de passages mélodiques de Clément au didgeridoo, majestueux mais subtiles (à vous de les déceler), viennent rajouter énormément au succès et à la couleur estivale de l’album.

Peut-on en savoir un peu plus sur votre prochain EP Grouillades qui sort à la fin du mois ? Pourquoi avoir fait le choix de le composer uniquement en français ?

Clay and Friends, ça reste du Clay and Friends peu importe la langue. Grouillades, c’est la face B du vinyle de La Musica Popular de Verdun qui commence à nous faire faire le tour du monde. Grouillades, c’est l’histoire des différents personnages qui nous sont possibles de rencontrer dans une soirée parmi tant d’autres. Chacun de ces personnages représentent les moments hauts et les moments bas de la soirée, tout en nous guidant sur la route vers la Grouillade aka l’amour, autant le self-love que l’amour d’autrui. L’album Grouillade, c’est du Feel-good vibes. Un peu de Musica Popular de Verdun, une pincée de funk et une dose de hip-hop. C’est de la musique pour fermer les yeux, danser et suer ensemble, prendre un avion aller-simple, se faire face dans le miroir ou se lever dans un lit qu’on ne reconnaît pas, bref se sentir en vie.

Êtes-vous aussi énergiques et déjantés au quotidien que sur scène et dans vos clips ?

Certains plus que d’autres. Tout dépend du contexte aussi. Par exemple, notre bassiste Pascal est un ancien professeur de yoga chaud. Il est donc naturellement de tempérament plus calme que les autres en général. Par contre, une petite leçon de yoga collective nous fait tous du bien lorsque ça fait 1 mois que nous sommes sur la route à jouer de la musique et à sauter partout toute la soirée. Ce qui nous distingue des autres groupes entre autres, c’est l’énergie que nous déployons sur scène. Sur scène tout comme hors de la scène, nous sommes tous très colorés chacun à notre façon et c’est un des points que notre public apprécie beaucoup.

Que pensez-vous des artistes canadiens de votre génération qui sont eux aussi connus en France tels que Loud ou Rymz ?

Comme le disent si bien les grands prophètes Caballero & JeanJass, on met du respect sur leur nom. Il est incroyable de voir cette musique québécoise prendre autant d’ampleur à l’international. C’est inspirant et ça en dit gros sur leur éthique de travail. C’est spécial pour nous aussi de voir notre auditoire grandir en France. Ce n’est que le début pour Clay and Friends.

Qu’aimeriez-vous dire à votre public français?

Keep it movin’ Les Grouillades arrivent, Long live La Musica Popular de Verdun.

Clay and Friends
Mercredi 22 janvier à 20h30 à la Cité des congrès coteacoteauxbis.com

Propos recueillis par Marie Valignat