Solar Project : “Ça fait un an que l’on se rend compte qu’il y a un engouement.”

Originaires de la région nantaise, les membres de Solar Project sont impatients de vous faire découvrir (ou redécouvrir) leurs sonorités festives tout au long de l’été aux bords de l’Erdre, à Saint-Colomban ou encore à Vigneux-de-Bretagne. Vainqueurs des deux tremplins départementaux auxquels ils ont participé, les musiciens rencontrent un succès bienvenu à l’approche de leurs premiers véritables enregistrements studio. Rencontre avec Floriane et Brian, tous deux fiers de vous présenter leur formation.

 

Comment Solar Project s’est formé et a créé son identité ?

Floriane (chant) : Le groupe a presque 3 ans maintenant. Nous avons commencé à 4 puis cela a évolué jusqu’à la formation actuelle l’été dernier. Nous sommes 8 membres désormais. On avait une idée commune de ce que l’on voulait faire ensemble, vers quelle musique nous diriger. Nous sommes une bande de potes attirés par ces sonorités groove.

Brian (basse) : Quand on voit les groupes de soul ou funk qu’on écoute, ils sont généralement une petite dizaine d’où notre grande formation. On veut se rapprocher de ce genre de projets. C’est un souhait de proposer un son multiple. Nous nous éloignons des formations pop-rock-électro à 3 ou 4 et c’est volontaire.

Floriane : On aime le son chaud des instruments, c’est pourquoi nous n’avons pas de machines.

A quel moment avez-vous senti que cela pouvait marcher, qu’il fallait se professionnaliser ?

Floriane : C’est tout récent !

Brian : Au début, on se voyait pour faire de la musique mais on avait déjà des ambitions. On voulait monter un truc sérieux.

Floriane : On a tous eu des groupes ou des expériences musicales par le passé mais on voulait essayer quelque chose de nouveau, de plus concret. Nous avions l’intention d’aller au bout de nos envies, dès le début.
Et à côté de ça nous continuons d’avoir des projets perso. Notre batteur et notre pianiste jouent avec le groupe de reggae Moja par exemple.

Brian : Ça fait un an que l’on se rend compte qu’il y a un engouement. On sent qu’il y a quelque chose à faire, à développer.

Avant Solar Project, aviez-vous eu des expériences scéniques ?

Floriane : Non, aucune. On démarrait de rien et petit à petit les scènes se sont agrandies un peu comme la formation. Nous avons commencé la scène il y a deux ans et ça a vraiment décollé l’an passé.

Comment s’est déroulé le Trans’plin de La Nuit de l’Erdre ?

Floriane : On voulait essayer pour avoir des retours sur notre musique mais on ne s’imaginait pas le remporter !

Brian : On était déjà très contents d’être retenus parmi les 5 finalistes. Il y avait environ 70 candidatures, c’est une vraie reconnaissance. On s’est dit qu’à priori notre musique plaisait (rires). Nous en avons davantage pris conscience à ce moment là !

Floriane : La sélection finale se déroulait à la salle Cap Nort à Nort-sur-Erdre. On débutait la soirée, ce n’était pas évident. Il faisait encore jour. (rires)

Brian : Notre musique est chaleureuse et festive, nous préférons passer en fin de soirée généralement. Au tremplin de Megascène, nous avons joué en dernier, c’était plus agréable. On ne va pas se plaindre, les deux horaires ont fonctionné pour nous ! (rires) Nous avons remporté les deux tremplins auxquels nous avons participé, c’est encourageant.

Floriane : Le niveau était élevé, chacun était bon dans son domaine !

Parmi vos influences communes, qui pourriez-vous citer ?

Floriane : On a tous accroché sur le groupe canadien Soul Jazz Orchestra mais nous avons beaucoup d’influences américaines.

Brian : Ils sont pluriels dans leur style. A chaque album se dégage des sonorités variées, de l’afrobeat, du disco, du reggae …
Après dans le coin, on pourrait citer Malted Milk.

Avez-vous des sessions studio de prévues prochainement ?

Floriane : Oui, effectivement. On a pas mal bossé sur notre live pour nos différentes scènes estivales mais nous aimerions sortir quelque chose au printemps 2019. Un EP logiquement.

Brian : C’est notre objectif !

Floriane : Il faut qu’on laisse une trace, nous n’avons pas vraiment de sons enregistrés, un seul clip … D’ailleurs, pour La Nuit de l’Erdre, Chama Chereau et Alice Grégoire feront une captation vidéo de l’un de nos morceaux.

 

SOLAR PROJECT
Dimanche 1er juillet à la Nuit de l’Erdre
Samedi 7 juillet à Megascène
Samedi 8 septembre au festival Yapaklévignes

Propos recueillis par Alban Chainon-Crossouard