Le collectif Feel My Rave vous invite tout le weekend à danser à ses côtés pour la seconde année consécutive. Fort du succès de sa première soirée à l’hippodrome de Pornichet l’an passé, les organisateurs ont décidé de proposer une programmation sur 3 jours cette fois-ci. Vous y retrouverez notamment Agoria ou Charlotte de Witte ! Thibaud Neveu-Monclair, cofondateur du festival Feel My Rave avec Quentin Schneider, nous présente l’event.

Racontes-nous l’histoire du collectif Feel My Rave.

Thibaud Neveu-Monclair : Dans sa globalité, on a créé l’association l’année dernière en avril 2016 avec Quentin Schneider. On souhaitait faire découvrir notre style musical, qui est le techno-mélodique, sur Nantes et ses environs. Ça ne se faisait pas trop sur Nantes et on a voulu sortir des lieux ordinaires pour faire vivre au public une expérience nouvelle. Voilà comment a commencé l’aventure, on a donc cherché un premier lieu pour lancer notre premier évènement. Il s’est déroulé à l’hippodrome de Pornichet, le lieu nous a tout de suite inspiré. L’aventure éphémère du moment est devenue Feel My Rave aujourd’hui.

Pourquoi Pornichet ?

Avant de cibler Pornichet, on recherchait un lieu atypique peu importe la ville. En lançant le projet en avril, il nous fallait un laps de temps nécessaire pour la préparation de l’évènement, on a donc pensé que l’été serait le plus judicieux pour le faire. Qui dit “été” dit littoral et en cherchant dans ce coin là on est tombé sur l’hippodrome.

Vous passez d’un format d’une nuit à 3 jours, qu’est-ce qui vous a fait pencher vers ce choix ?

Suite à la première édition, on a refait quelques évènements sur Nantes plutôt en boîte de nuit, c’était compliqué de refaire une telle soirée Feel My Rave sur Nantes.
On a voulu retourner sur Pornichet mais, l’an passé, nous avions eu quelques plaintes au niveau du bruit. Nous sommes donc passés devant la mairie et en accord avec les collectivités on a décidé de le faire sur plusieurs jours pour faire participer l’économie locale. On a donc inclus la municipalité et la vie locale dans le festival. Les festivaliers peuvent ainsi rester tout le weekend et profiter de la ville.

Avez-vous des partenariats avec des campings ?

On a pas de partenariat précis, tous les campings sont néanmoins au courant. La plupart des campings fonctionnent sur des locations à la semaine l’été donc cela est plus compliqué. Nous n’avons pas de tarifs particuliers par contre.

Hormis ce point quels sont les autres améliorations possibles pour une prochaine édition ?

Le système de navette doit être développé car le système de transport de nuit est très limité sur La Baule et Pornichet. Notre solution, cette année, a été d’alpaguer tous les VTC de Nantes pour qu’ils soient présents ce weekend. Ça va forcément manquer cette année.
Il reste aussi des places en hôtel, airbnb …

Combien de festivaliers pensez-vous attirer cette année ?

Le samedi on attend 2500 personnes, le vendredi jusqu’à 900 personnes comme c’est la capacité maximale et après sur l’après-midi du samedi on ne sait pas trop car c’est en entrée libre.
L’année passée on pouvait accueillir un maximum de 1200 personnes pour un soir et nous avons atteint ce chiffre.

La prog’ est plutôt alléchante, est-ce que cela a été difficile pour vous d’attirer ces artistes sur cette première édition de 3 jours ?

On a fait avec notre propre réseau. L’édition précédente nous a beaucoup aidé dans la recherche, on avait notamment Agents of Time qui a bien marché cette année. On a beaucoup utilisé le réseau de Quentin qui fait de la musique depuis des années, ça a facilité le booking !

L’objectif est-il de perdurer dans le temps ?

Oui bien-sûr, apporter certaines évolutions et travailler sur des projets particuliers. On aimerait pourquoi pas le faire d’une manière différente. À force de faire des festivals en France et aux Pays-bas principalement, j’ai découvert de nouveaux modes de fonctionnement. Le format jour avec un festival de 15h à 23h me tenterait vraiment par exemple, j’aimerai essayer !
On va voir tout ce qui est développable tout en restant en accord avec les municipalités bien entendu. Pour l’instant, nous n’avons pas la prétention de se considérer comme un futur “grand” festival qui utilise 2 ou 3 champs. Nous sommes seulement une association récente, on ne veut pas accueillir 10.000 personnes du moins pas pour le moment. On manque d’expérience pour cela, l’année prochaine sera sûrement proche du format 2017.

Personnellement, quel artiste écoutes-tu le plus en ce moment ?

Denis Horvat et d’autres jeunes pousses qui font de la techno mélodique, ils sont propulsés par Dixon et cie.

 

L’association AREMACS sera présente afin de limiter les impacts environnementaux du festival, avec la mise en place de solutions éco-responsables, de la sensibilisation du public au traitement des déchets.
Que ce soit l’après-midi ou le soir, le festival tient à limiter son empreinte écologique en étant impliqué dans cette démarche éco-responsable grâce aux éco-cup, cendriers …


Il reste encore quelques places, ne perdez plus de temps : TICKETS
Feel My Rave sur Facebook
Du 6 au 9 juillet à Pornichet

Aperçu musical de Charlotte de Witte ci-dessous

Propos recueillis par Alban Chainon-Crossouard