La 3D au service de Bernard

Pour Scopitone, l’artiste japonaise Aki Inomata a mis en scène des bernard-l’hermite au sein même du Musée d’Arts. Cette exposition étonnante a profité du festival pour se lancer auprès du public nantais mais perdurera jusqu’au mois de janvier prochain. Il est, tout d’abord, nécessaire de préciser que le bien-être des animaux est pris en compte et qu’ils ne sont en aucun cas pris pour des « bêtes de foire ». Ici, l’artiste leur a conçu des coques artificielles en 3D pour les accompagner des semaines durant. Aki Inomata pose ainsi une question intéressante : pouvons-nous dessiner des éléments de la nature aussi bien qu’elle ne le fait elle-même ? La réponse appartient à chacun et touche sans aucn doute à la philosophie et à la poésie. Quoi qu’il en soit, la tokyoïte a tenté de satisfaire ces crustacés en leur proposant des coquilles en forme de « mini-ville ». De la Big Apple à la Muraille de Chine, les constructions détaillées sont surprenantes. Cette collaboration entre l’Homme et l’animal, éphémère soit-elle, est particulièrement intrigante. La technologie montre, dans cette expo, qu’elle n’est pas que néfaste pour la nature. Tant que celle-ci ne tend pas à remplacer mais seulement à suppléer, on se dit que de telles œuvres artistiques pourraient conduire à de réelles solutions sociétales. Questionner le rapport entre l’Homme, la technologie et la nature est on ne peut plus actuel et Aki Inomata en a bien saisi le sens.

« Aki Inomata transforme des créatures vivantes en oeuvres d’art afin de nous faire réfléchir sur des questions esthétiques, sociales ou politiques. »

Aki Inomata – « Why Not Hand Over a “Shelter” to Hermit Crabs ? »
Jusqu’au 6 janvier 2019
museedartsdenantes.nantesmetropole.fr